Blog

Questions-réponses MIEL COLONY

01.01.2018

Cela peut paraître étonnant de faire un questions-réponses au sein même de l’entreprise, mais cela ne l’est pas tant que ça.

Nous travaillons sur le projet depuis quelques années maintenant, et pour nous l’équipe MC tout ce qui se passe autour c’est une évidence. C’est moins évident pour les autres.

On fait un rapide questions-réponses ici avec un de nos fondateurs, la personne qui a porté ce projet.

 


MC : Bonjour. Expliquez nous pourquoi avoir voulu faire Miel Colony ?

 

OD : Au départ, Miel Colony était avant et surtout Adopte ta ruche - le projet d’adoption/parrainage de ruche. Au fil du la conception du projet, on s’est rendu compte que plus de gens nous verraient si nous proposions du miel d’abord. Et que si le produit “miel” leur plaît, ils seront plus à même de parrainer une ruche et ainsi avoir plus de miel.

 


MC : Pourquoi Adopte ta ruche, alors ?

 

OD : Dans certains pays, dès que vous allez à la campagne, chaque maison a sa ruche dans son petit jardin (en Europe Centrale et de l’Est surtout). Pas pour vendre, ou sauvegarder les abeilles forcément, mais pour manger du miel.

Chez nous en France, ce phénomène est moins présent pour diverses raisons. Essentiellement, parce que l’on n’a pas le savoir-faire, le temps ou l’espace tout simplement.

Mais avoir sa ruche, c’est bien. On sait d’où vient le miel, si c’en est un vrai, comment il a été “obtenu”. C’est ludique aussi - la vie des abeilles, les saisons, les fleurs. “Adopte ta ruche” permet tout ça, tout en restant dans la vie “moderne”.

 

MC : Miel Colony parle de TRAÇABILITÉ aussi. C’est un concept différent ?

 

OD : Pas tant que ça. La traçabilité devient une nécessité pour un grand nombre de personnes. Savoir d’où viennent les produits qu’on mange. C’est valable pour la viande, les légumes, mais ça l’est pour le miel aussi. Et surtout pour le miel. On parle beaucoup dans les médias de faux miel; on fait l’amalgame avec du miel importé d’ailleurs. Une mise au point est importante pour le client.

Chez Miel Colony, l’origine garantie est une priorité.

 


MC : Vos miels viennent d’où ?

 

OD : Nous proposons 4 types de miel : acacia, tilleul, fleurs et forêt. Les miels sont extraits dans des ruchers avec qui nous travaillons depuis quelques temps déjà. Ces ruchers sont situés un peu partout. En France bien sûr, mais aussi dans d’autres pays en Europe.

Quoiqu’il en soit, l’origine est toujours renseignée et le client peut la voir sur le site miel-colony.fr grâce au code de traçabilité.

 


MC : N’avez-vous peur que les gens veuillent que du français ?

 

OD : Non. Il y en a pour qui c’est un élément très important. Mais d’autres privilégient l’origine garantie. Les statistiques en France sont parlantes. Plus de 40 000 tonnes de consommés, 10 000 tonnes de produits.

 

MC : Et où est-ce qu’on peut adopter une ruche ?

 

OD : Pareil. En France et en Europe. Le parrain choisit où sur notre site. Tous les ruchers que nous proposons sont connus par nos équipes.

 


MC : Comment ça se passe en réalité ?

 

OD :  Nous mettons en place les ruches et essaims, et tout le matériel nécessaire à l’apiculteur. Plusieurs fois par an, nous nous rendons sur place, pour faire un petit check-up avec un apiculteur “expert”. L’extraction aussi se fait sous l’oeil d’un apiculteur expert.

Pour nos clients /parrains, c’est très simple. Ils choisissent le rucher, et font leur demande.

Pour le prix, ils “obtiennent” une ruche complète. Ils peuvent lui donner un nom. Tout au long de l’année de parrainage, ils reçoivent des vidéos et/ou newsletter, mais uniquement sur l’activité de leur colonie d’abeilles.

 

MC : Pourquoi il y a un décalage entre les mois de livraison de miel - février ou octobre ?

 

OD : Une année apicole dure 4 - 5 mois en général. Si un parrain souscrit pour une ruche au mois de septembre, on ne peut pas lui fournir de son miel de suite, car il n’aura pas été produit, il faudra attendre l’année apicole suivante.

 

MC : Il existe d’autres sociétés qui proposent ce service. Elles cotisent pour la plupart dans des fonds pour sauvegarde des abeilles. Et vous ?

 

OD : Nous, non. Miel Colony souhaite s’orienter différemment. Nous avons décidé de donner du miel en pots dans les banques alimentaires, qui seront distribués plus tard soit par le Secours Populaires, soit par les Restos du coeur, pour nommer qu’eux. On commence à tisser des relations avec certains.

Il ne faut pas nous mécomprendre. Les fonds de sauvegarde de la biodiversité sont de supers initiatives. De notre côté, on a tout simplement fait un choix différent.

 

Qui est qui dans la ruche ?

08.02.2018

La société des abeilles est une société très très organisée. Dans la ruche chacun a son rôle et le respect de la hiérarchie est total.



# LA REINE 
 

L’acteur le plus important est la reine. C’est l’abeille la plus grande en taille, et c’est elle qui est chargée du développement de la colonie.

La reine est celle qui pond les oeufs qui deviendront des abeilles et des faux bourdons.

 

Tout au long de sa vie, la reine est nourrie par les autres abeilles à la gelée royale.

Pendant sa vie, elle ne sort qu’une fois de la ruche. Une seule fois. À sa sortie, elle accomplit ce que l’on appelle son vol nuptial. C’est le moment où elle se fait féconder.

Plus tard, tous les oeufs qu’elle pondra sont le résultat de ce vol.

La reine a une vie qui dure 4 à 5 ans.

Souvent lorsqu’elle vieillit, si les abeilles ont déjà “élevé” une autre reine, l’ancienne reine quittera la ruche avec une partie ds abeilles.

 

Une colonie d’abeilles sans reine est une colonie orpheline. Les abeilles ne savent pas fonctionner sans elle.



# LES FAUX BOURDONS
 

Après la reine, il y a ses chevaliers - les faux bourdons.


Le faux bourdon est une abeille mâle. Il est plus plus gros en taille que l’abeille, et est un peu poilu. Son unique rôle est de féconder la reine pendant son vol nuptial.


La vie du faux bourdon est très courte. S’il ne meurt pas pendant la fécondation, il est souvent viré de la ruche par les autres abeilles, car il ne travaille pas.


# L'ABEILLE - OUVRIÈRE OU BUTINEUSE


Et voilà, à la fin il y a l'abeille. 

Pendant sa vie, l'abeille "normale" fait énormément de travail, pour ne pas dire que tout le travail dans la ruche repose sur elle excepté le développement de la colonie. 

En fonction de son âge, elle joue plusieurs rôles :

- nettoyeuse tout d'abord. Lorsque l'abeille est toute jeune, elle est chargée de nettoyer les cellules dans la ruche;

- nourrice ensuite. Elle soigne les larves, qui se transformeront en abeilles plus tard ;

- architecte aussi. Une fois, qu'elle a été nettoyeuse et nourrice, l'abeille passe par la construction de nouveaux rayons (de cire) dans la ruche;

- ventileuse. Cette tâche est importante car les abeilles dans la ruche ont besoin d'une température stable. 

- gardienne. Avant de passer butineuse, l'abeille se charge de garder l'entrée de la ruche, et de surveiller ainsi les entrées, afin d'éviter que la colonie se fasse attaquer. 

- butineuse. Lorsqu'elle acquiert de la maturité (à peu près 3 semaines d'âge), l'abeille peut butiner. Grâce à son corps poilu, elle transporte du pollen souvent "collé" à ses poils qu'elle ramène dans la ruche. Mais aussi en passant d'une plante à une autre, avec du pollen "collé" sur soi, l'abeille butineuse oeuvre pour la pollinisation des plantes. Et la biodiversité.


Dans la ruche, chacun connaît parfaitement sa place :). 

 

Pourquoi dit-on que les abeilles sont si importantes pour les hommes ?

01.02.2018

"Si les abeilles disparaissaient du surface du globe, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre."

 

 

 

Voilà une citation que l'on voit partout ces dernières années. Elle est attribuée à Albert Einstein. Est-ce qu'elle lui appartient ou pas (d'ailleurs apparemment pas), ce n'est pas le propos. 
 

Le propos est : Est-ce vrai que les abeilles sont si importantes pour l'homme ? Et pouquoi ?
 


Oui, elles le sont. Elles sont importantes pour nous les hommes, mais cela va plus loin. Elles sont un maillon essentiel dans l'écosystème.

Parce que grâce aux abeilles, 80 % des plantes au niveau mondial arrivent à se reproduire. 

Pour ce qui nous concernent nous les hommes, ainsi qu'une grande partie des animaux, cela nous permet de nous nourir et de survivre.


En effet, elles sont un des principaux insectes pollinisateurs des plantes à fleur que l'on cultive pour leurs graines (tournesol, colza), leurs fleurs (tomates, concombres, vergers, courgettes etc), leurs bulbes et racines (carottes, radis), leur feuillage (choux, salades). 


En somme, sont concernés tous les légumes et fruits, et les stimulants comme le café et le cacao.
Ce qui représente une grande partie de notre alimentation.



Sans oublier le miel et ses bienfaits pour la santé, bien sûr. 
Sans abeilles, une grande partie des plantes ne pourra plus se reproduire, et nous n'aurons plus que des céréales pour nous nourir c'est-à-dire du maïs, riz, seigle, et orge. 


On en prend donc soin et on n'oublie pas le 20 mai - la Journée mondiale de l'Abeille. 



Pour les curieux, nous avons trouvé une super vidéo publiée par 1 jour,1 question qui explique très clairement pourquoi avons-nous autant besoin des abeilles pour survivre. 



  

 

L'abeille en chiffres

01.10.2018

  • Une ruche se compose de 10’000 – 15’000 abeilles en hiver, et plus de 30’000 abeilles en été
  • Les abeilles ouvrières vivent environ 6 mois pendant la saison d’hiver, mais seulement six semaines pendant les mois d’été
  • Une abeille bat des ailes environ 200 fois par seconde. C’est le «buzz» que l’on entend
  • Elle vole à env. 25 km/h et parcourt env. 800 km durant sa vie
  • En été, une colonie forte dispose de 10’000-15’000 butineuses qui vont procéder chacune de 10 à 30 sorties par jour
  • Au cours d’un vol de 15 - 30 minutes, l’abeille visite 30 - 300 fleurs et parcourt environ 1 km. Elle récolte env. 40 mg de nectar et env. 20 mg de pollen
  • L’abeille pèse 100 mg. Sa charge utile est de 50 à 70 mg. 9 % de son poid est représenté par des graisses
  • Elle va produire une cuillère à café de miel dans sa courte vie
  • Par très forte miellée, une bonne colonie peut récolter jusqu’à 3 kg de miel par jour
  • Une colonie forte peut produire plus de 100 kg de miel par an. L'autoconsommation est env. de 60 - 80 kg par an (= 120 - 160 kg de nectar)
  • Pour produire 1 kg de miel les abeilles visitent 10 millions de fleurs et parcourent 60'000 km (1.5 x le tour du monde) en 10'000 heures
  • Pour produire 1 kg de cire elles consomment env. 7 kg de miel
  • Une colonie produit env. 30 - 60 kg de pollen par année
  • Un rayon de 10×10 cm comprend 850 alvéoles sur ses 2 faces et pèse 12 grammes. Une alvéole contient 0.5 g de miel
  • Pendant les mois d’été, les reines peuvent pondre jusqu’à 2’500 œufs par jour
  • Quand il y'a du couvain, une colonie consomme env. 2 litres d'eau par jour
  • Les abeilles communiquent entre elles par une danse pour donner la direction, la distance et la nature des fleurs à visiter
  • Malheureusement dans certaines régions, les abeilles disparaissent mystérieusement depuis quelques années. La dégradation de la biodiversité, une utilisation intensive de pesticides et la présence du parasite «varroa» porteur de nombreux virus y jouent certainement un rôle 

Source: www.2imanagement.ch, S. Imboden & C. Pfefferlé, UNAF